Le chant du cygne du tricot-boulet

On croyait s’en être débarrassé…

Trois ans de tricotage, de détricotage, de publications…

J’annonçais donc ici la fin définitive du tricot-boulet.

Encore une fois, j’avais tort.

Il me restait encore une pelote et demi de ce joli fil d’alpaca turquoise de Drops et La Petite Fille voulait un bonnet qui ne gratte pas. Les restes de mon tricot-boulet étaient donc tout indiqués : de l’alpaca tricoté en double, un reste de laine mérino (Merino, Drops encore) tout doux tout doux pour les côtes, un patron simplissime et roulez jeunesse ! C’était plié.

Ben non.

J’ai dû recommencer deux fois.

Bonnet bien loose pour les jours de chignon.

Erreur d’échantillonnage, erreur de débutante (je n’avais pas diminué le numéro d’aiguille pour les côtes)…

Erreurs ou… malédiction du tricot-boulet ?

← Previous post

Next post →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.