La salopette minimaliste

Août 2017.

Je ne surprendrais personne en dévoilant que mes “livres” de chevet sont très souvent des revues : le bien connu Burda, mais aussi, depuis octobre, Patrones, revue mensuelle de couture espagnole, qui est publié en français sous le nom de Couture actuelle (j’en parlais déjà dans cet article).

Les modèles sont très actuels, très proches des vêtements que l’on peut trouver en magasin. Après la robe de cet automne, je suis à nouveau passée à l’acte sur une salopette du mois de juillet.

Peto minimalista, modèle 16, Patrones n°375, taille 38 (taille espagnole). Lin et coton Toto.

Blanc T shirt en jersey Petit Bateau (à retrouver en fin d’article).

Le numéro 375 n’est pas publié en France : la revue Couture actuelle est bimensuelle et ne traduit donc qu’un numéro sur deux de la revue Patrones.

Je n’étonnerais certainement personne ici en présentant une salopette. Celle-ci m’a beaucoup plu pour son aspect minimalista. J’aime beaucoup les coupes épurées, c’est classe et facile à coudre.

L’aspect minimaliste du montage m’a beaucoup intéressée aussi. Je n’ai, en effet, pas compris grand-chose aux explications en espagnol. Je peine d’ailleurs lamentablement à terminer un autre modèle Patrones, une robe, jamais encore évoquée ici, car, même en ayant passé des heures sur Google traduction (mon dictionnaire du lycée a déclaré forfait immédiatement), je ne comprends pas grand chose à l’espagnol de couture. Au passage, j’en profite pour signaler que les planches de couture de Patrones sont difficiles à lire, et que les modèles ne sont présentés qu’en trois tailles. Que celles et ceux qui démontent traditionnellement mon Burda d’amour se taisent enfin.

Nous parlions d’un montage minimaliste, donc : les bretelles sont simplement cousues en haut de la bavette. Le devant se compose d’une ceinture et deux poches italiennes. L’ouverture se fait à l’aide d’un zip sur le côté.

Le dos est dans la même veine. Seul un empiècement dos, indispensable pour suivre le bombé des fesses, vient rompre la monotonie du modèle.

J’ai quand même dû réfléchir pour le montage des bretelles. Il était prévu une boutonnière sur les bretelles dos, et un bouton à coudre sur la bavette dos pour les attacher. Cependant, les bretelles étaient un peu trop courtes : pour éviter de tout démonter, j’ai bidouillé un montage à la main, bord à bord de la bavette dos. La stature n’est pas indiquée sur mon exemplaire de juillet, mais la stature du 16 ans est de 168 cm, comme Burda. Je reste donc dubitative quand à la longueur prévue pour ces bretelles.Pour accompagner la salopette minimalista, j’ai cousu un Blanc T shirt de Blank Slate pattern… blanc, quelle originalité ! C’est le deuxième, après le psychédélique ici, en taille XS cette fois, soit une taille en-dessous par rapport au tableau des tailles. Je préfère cette taille-là, les épaules sont mieux ajustées (mais j’ai une carrure plus petite que les mesures habituelles). J’ai seulement repris l’encolure en traçant celle de la taille M.

Le fait que ce soit ma deuxième tenue en beige et blanc, après celle-ci, révèlerait-elle un début d’obsession ?

Bel été à toutes et à tous.

← Previous post

Next post →

4 Comments

  1. Elle est magnifique et te va merveilleusement bien ! Quelle classe folle !
    Couture actuelle j’ai abandonné à cause des 3 tailles, quand tu es pile au milieu faut tout retracer !Et pour la petite histoire, je suis toujours accro à Burda aussi !
    Comment participer au défi Burda d’ailleurs ? Sachant que je vis à La Réunion, donc jai 6 semaines de décalage avec la parution des numéros !
    En tout cas 1000 bravos !

  2. Beige et blanc, c’est toujours élégant! La coupe épurée de cette salopette te va parfaitement. Dès que mon marchand de journaux sera revenu de vacances j’irai voir cette revue, en version française en ce qui me concerne!

  3. Minimaliste certes, mais le résultat est très chouette !

  4. Elle est super chouette cette salopette et te va parfaitement bien!
    Ce joli tissu blanc Petit bateau viendrait- il de ta cargaison troyenne?

Laisser un commentaire