Une Prague de C’est Dimanche doublée de flanelle

-Qu’est-ce que tu veux mettre aujourd’hui, La Petite Fille ?

– Une robe !

Ou encore :

– Aujourd’hui, on met un sarouel.

– Non, une robe !

Il faut coudre une robe, donc. Ce sera une Prague de C’est Dimanche.

Sublime liberty babycord Lord Paisley d’une douceur incroyable, doublure en flanelle écrue MT et coton écru vintage pour drap en guise d’empiècement.

Ce patron dormait depuis quelques mois dans mes étagères. J’avais peur de l’encolure trop dégagée ; de plus le modèle n’est pas doublé, et pour l’hiver je ne voyais pas l’intérêt.

Et puis… La rencontre d’une envie, d’un tissu, d’une occasion… Je me suis lancée dans l’improvisation d’une doublure, et c’est finalement assez simple. Voici un petit tuto.

 

DOUBLER UNE PRAGUE DE C’EST DIMANCHE.

C’est un tuto pour doubler une robe c’est gratuit c’est cadeau 🙂

– Il faut couper les dos et devant dans la doublure. Je n’ai pas découpé l’empiècement du devant, c’était plus facile pour l’épinglage par la suite, mais il faudra finir par couper cet empiècement.

– On assemble la doublure par les épaules, comme pour le tissu du dessus.

– A la place de l’ourlet pour l’encolure, on place la doublure et le tissu endroit contre endroit. On coupe l’ouverture au dos (l’ouverture de la parementure). Petite difficulté : il faut replier la parementure sur l’envers sur 1 cm (pour pouvoir la coudre à petits points à la fin).
 Retourner, surpiquer d’une couture continue d’un bord de l’empiècement devant à l’autre, en passant par la parementure.

Fronces du devant : il faut froncer la doublure et le tissu en même temps.

(Ici on voit le petit repli (que j’ai oublié, évidemment) à faire sur la parementure, quand on pique l’encolure).

C’est à ce moment-là qu’il faut couper l’empiècement de la doublure, si ce n’est pas déjà fait. Et froncez !

– Placez l’empiècement. Je l’ai bâti en incorporant une triplure en flanelle (ma doublure) pour ne pas que La Petite Fille prenne froid (c’est une robe d’hiver tout de même !). Puis j’ai piqué l’empiècement directement, sans coudre à petits points au dos.

– Les côtés.

J’ai monté les revers de manches sur la doublure uniquement

Ici on voit le coton du revers de manche, au dessus, et la doublure en flanelle au dessous.

Puis j’ai cousu la doublure, du revers de manche au bas de la robe, en une seule couture.

De même, j’ai cousu le tissu principal, du revers de manche au bas de la robe, en une seule couture.

Enfin, j’ai replié le revers de manches deux fois et cousu l’ourlet à la machine sur le tissu du dessus.

Finitions.

J’ai ourlé les tissus, 1 cm de moins pour la doublure, pour ne pas qu’elle dépasse. Enfin, j’ai cousu la parementure du dos sur la doublure à petits points.

Mes craintes sur l’échancrure du col étaient infondées : ça ne baille pas. Il y a juste un chose qu’il faut que j’intègre : quand on réalise un patron de couture en 4 ans, on obtient une robe en 4 ans ! Ce n’est pas comme dans les vêtements du commerce ! Donc trop grand pour Une Petite Fille de 3 ans. Toute la garde robe de La Petite Fille, tricoté ou cousu en 4 ans, des pyjamas Olivers + s en passant par la tunique des Irresistibles, est donc trop grande pour cette année…

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. elle est vraiment sympa dans ce tissu un peu vintage!

Laisser un commentaire