Les capes de bain

Tout commence par une bonne préparation, disait Dée ici.

Ce que Dée dit, Lésie fait (même si Dée se dédit parfois !). Alors préparons :

– on découpe un carré (ici, de 90 cm de côté, largement grand même pour un enfant de deux ans…) et une capuche

– on pique les aiguilles

 

– on bâtit le biais

 

– enfin on pique et on obtient :

satifaction !

 

Un petit appliqué fleur, crayonné à la main, avec un coeur rond.

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Rajoutons :

les gants, avec des appliqués légèrement différents (et des biais différents aussi car un petit lutin fâché avec les chiffres a distrait Lésie au moment de calculer le métrage du biais lapins)

 


et des lingettes passepoilées, débarbouillantes (si elles sont à destination de la petite princesse) ou démaquillantes (si elles sont pour la maman), d’après une idée trouvée chez Margolita.

Le tout, donné en cadeau de naissance pour une choupinette tout juste née :

Et encore, je n’ai pas parlé de la longue préparation qu’a représenté le choix du cadeau, des tissus, des couleurs, des ajouts….

Du coup, Lésie remet l’idée sur le tapis, prépare, bâtit, pique… et obtient …


une nouvelle cape de bain, pour La Petite Fille, cette fois-ci ! Mais – hum, c’est embarrassant – si la préparation est bonne, les finitions ne sont pas tout à fait achevées, puisque il reste quelques fils qui gâchent un tantinet la photo…

 

Moralité : si la préparation est indispensable, les finitions doivent être irréprochables !

 

← Previous post

Next post →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.